23 juin 2017 Juliette

Il ne suffit pas à l’Afrique d’être jeune, elle doit investir dans l’éducation !

Monde Afrique

Le démographe Jean-Pierre Guengant démontre la corrélation entre éducation et fécondité : le Niger est le mauvais élève et Maurice, premier de classe.

La qualité du « capital humain », santé et éducation, est un élément essentiel du développement économique et social.

C’est pourquoi tous les pays accordent une priorité quasi absolue à la montée en compétences de leur population, notamment en matière d’éducation. Nous poursuivons, avec cette analyse, l’exploration des questions démographiques en Afrique, après un premier article.

Les pays d’Afrique subsaharienne ont consenti ces dernières années des moyens considérables pour accroître le niveau d’éducation de leurs populations. Cependant, avec l’accroissement continu des effectifs scolarisables, conséquence d’une forte fécondité, les infrastructures, le nombre d’enseignants, leur formation, ont eu du mal à suivre. La forte progression des taux de scolarisation s’est donc souvent faite au détriment de la qualité de l’enseignement, les systèmes scolaires n’arrivant plus à gérer les flux massifs d’élèves à tous les niveaux.

Une fécondité élevée, frein à la progression de l’éducation

Corrélation entre le nombre moyen d’années d’éducation (2010) et le nombre moyen d’enfants par femme (2005-2010). Source : World Economic Forum, Global Competitiveness Index.
Corrélation entre le nombre moyen d’années d’éducation (2010) et le nombre moyen d’enfants par femme (2005-2010). Source : World Economic Forum, Global Competitiveness Index.CRÉDITS : THE CONVERSATION

Malgré les progrès réalisés, le nombre moyen d’années d’éducation chez les adultes est toujours faible. Il était ainsi en 2010 de 5,5 ans en moyenne pour les hommes, et de 4,2 ans pour les femmes. Mais, il était d’autant plus faible que la fécondité restait élevée, variant de 8-9 ans à 4 ans pour les hommes, et généralement un peu moins pour les femmes. En comparaison, dans les pays émergents où la fécondité est d’environ 2 enfants par femme, contre 5 en Afrique subsaharienne, le nombre moyen d’années d’éducation était de 9 ans en moyenne chez les hommes, soit deux fois plus élevé.

Voir l’article