10 mai 2017 Juliette

Les vaccins constituent un moyen important pour réduire le taux de mortalité en Afrique

Les ambassadeurs d’Afrique subsaharienne visitent le BW

La Capitale.be-Rédaction en ligne

Une trentaine d’ambassadeurs et de chargés d’affaire de pays de l’Afrique subsaharienne ont visité mardi le Brabant wallon en compagnie du gouverneur de province Gilles Mahieu et de représentants de la diplomatie belge. Ils sont notamment passés par l’Université catholique de Louvain (UCL) qui veut encore augmenter son attractivité sur le plan international, et par les installations de l’entreprise GlaxoSmithKline (GSK) à Wavre, dont les activités en matière de vaccins sont très importantes pour la population des pays en voie de développement.

Au terme de cette visite d’une journée en Brabant wallon, Daniel Evina Abe’e, ambassadeur du Cameroun et doyen du corps diplomatique de l’Afrique subsaharienne a salué l’initiative tout en encourageant l’UCL à développer des coopérations avec les universités subsahariennes, qui manquent cruellement de moyens. Il a également souhaité un partenariat d’ampleur avec GSK, «qui fait un travail énorme sur le plan de la santé».

Les responsables de GSK ont rappelé qu’après l’eau potable, ce sont les vaccins qui constituent le moyen le plus important pour réduire le taux de mortalité en Afrique. Environ 70% de la production de vaccins de cette entreprise mondiale sont utilisés dans les pays en voie de développement. Et un tiers des vaccins développés ciblent des maladies qui touchent particulièrement ces pays, notamment la malaria.

Le prorecteur de l’UCL, Marc Francaux, a notamment évoqué les nombreuses relations de collaboration instaurée par l’UCL avec des universités et des chercheurs africains: depuis 2010, 1.725 articles scientifiques ont été co-écrits par des membres de l’UCL avec leurs collègues africains.