27 janvier 2017 Juliette

« Nous avons le talent, l’imagination et les compétences pour rendre ce monde meilleur »

Winnie Byanyima, directrice d’Oxfam, prend à partie les puissants de ce monde avant le sommet de Davos. Sans justice fiscale, pas de développement en Afrique, dit-elle.

Vous pourriez les réunir autour d’une table. Ils pourraient tenir dans un seul ascenseur. Ils sont huit. Huit hommes à détenir – vous n’en croirez pas vos yeux – autant de richesses que les 3,6 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus pauvre de l’humanité.

Bienvenue dans la réalité de la crise mondiale des inégalités, dans laquelle l’Afrique occupe une place de premier plan.

Richesses inaccessibles

Notre continent compte d’innombrables filles et garçons talentueux au potentiel non valorisé. Quant à la richesse des ressources naturelles dont regorge l’Afrique, elle quitte notre sol et nos rivages sans jamais toucher nos frères et sœurs.

Lire aussi :   Le bilan en trompe l’œil de l’aide française à l’Afrique

Prenez le nombre de milliardaires africains : il a doublé depuis 2010. Le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en Afrique a cependant augmenté de 50 millions depuis 1990.

La théorie du ruissellement ? Ne m’en parlez pas.

Des inégalités endémiques génèrent mécontentement, frustration, peur et colère, comme nous avons pu le constater l’an dernier avec les résultats des urnes un peu partout dans le monde.

Aux Etats-Unis, le milliardaire Donald Trump a remporté l’élection présidentielle en se ralliant de nombreux électeurs dont le travail avait été délocalisé, les industriels cherchant à réduire leurs coûts de main-d’œuvre et à accroître leurs bénéfices.

La colère a couvé

Aux Philippines, les électeurs ont préféré Rodrigo Duterte aux candidats des partis traditionnels, les années de boom économique n’ayant guère bénéficié aux 25 % de la population qui vivent dans la pauvreté depuis vingt ans.

En Afrique du Sud, l’un des pays les plus inégalitaires du monde, le Congrès national africain (ANC), le parti de Nelson Mandela, a subi son pire revers depuis la fin de l’apartheid et a perdu le contrôle de Pretoria, du Cap et de Johannesburg.

Lire aussi :   La crise humanitaire autour du lac Tchad est “la plus négligée en 2016”

Les gouvernements ont laissé couver toute cette colère et, tant qu’ils ne mettront pas tout en œuvre pour réduire le fossé entre les plus riches et le commun des mortels, elle ne s’apaisera pas.

Les plus riches amasseront des sommes toujours plus vertigineuses au détriment du reste de la société. Des centaines de millions de personnes continueront de souffrir de la faim, les services publics de manquer de ressources, les salaires de diminuer, et le gros des impôts de peser sur ceux-là mêmes qui ont le moins de moyens.

Nous avons égrené la liste des problèmes à maintes reprises, mais qu’allons-nous faire pour y remédier ?

Œuvrer au service des 99 %

Espérer, malgré tout. Oxfam, comme d’autres organisations, manifeste depuis des années son indignation face aux inégalités, car il ne doit pas nécessairement en être ainsi. Les inégalités ne sont pas une fatalité. Nous avons le talent, l’imagination et les compétences nécessaires pour rendre ce monde meilleur.

Partout se dessinent des solutions pour bâtir un monde plus juste et plus stable, un monde qui se fonde sur une économie solide et efficace, dans lequel les gouvernements ne sont pas au service d’intérêts particuliers, mais œuvrent activement au service des 99 %.

Lire aussi :   Bruxelles détaille ses griefs contre Apple et l’Irlande

Je crois que l’heure est venue de nous atteler à la construction d’une économie davantage centrée sur l’humain, une économie qui profite à toutes et tous, et non à quelques privilégiés.

Permettez-moi de développer quelques idées.

Ce n’est un secret pour personne que les réformes fiscales progressives sont essentielles dans la lutte contre les inégalités.

La Banque mondiale les a qualifiées de « pièce maîtresse d’une stratégie pour garantir l’égalité des chances ». En augmentant les impôts sur les revenus les plus élevés, les gouvernements peuvent mobiliser les fonds nécessaires pour investir dans l’éducation universelle et la santé de leurs citoyens. La nécessité de tels investissements pour réduire les inégalités n’est plus à prouver.

Lire aussi :   Impôts sur les sociétés : Oxfam fustige la « dangereuse course à la concurrence fiscale »

Il arrive que les efforts de pays se voulant plus progressistes en matière fiscale soient déjoués par un système fiscal mondial qui y résiste. Les plus riches prospèrent en abusant de ce système, tandis que les pays et les populations les plus pauvres en souffrent. Les grandes fortunes qui dissimulent leurs avoirs dans les paradis fiscaux privent l’Afrique de 14 milliards de dollars de recettes fiscales par an. Une telle somme suffirait pour couvrir les soins de santé maternelle et infantile qui pourraient sauver 4 millions d’enfants par an. Elle permettrait également d’employer suffisamment d’enseignantes et d’enseignants pour scolariser tous les enfants africains.
En savoir plus