18 septembre 2015 nexizeteam

Banque Mondiale : encore trop de lois limitant l’intégration économique des femmes

Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale, malgré des progrès, les lois limitant l’intégration économique des femmes restent très répandues dans le monde

Les violences et le manque d’opportunités d’emploi figurent parmi les principales entraves auxquelles sont confrontées les femmes dans les pays en développement

WASHINGTON, 9 septembre 2015 – L’édition 2016 du rapport Les femmes, l’entreprise et le droit, publié aujourd’hui par le Groupe de la Banque mondiale, révèle que dans de nombreuses économies du globe, de multiples obstacles juridiques empêchent les femmes d’améliorer leur situation économique, les excluent de certains emplois, limitent leur accès au crédit et les privent de toute protection face aux violences.

Ce rapport, qui étudie les réglementations défavorables aux femmes entrepreneuses et salariées conclut que ces dernières se heurtent à des restrictions à l’emploi dans 100 des 173 économies étudiées. Ainsi, dans 41 pays, les femmes ne peuvent pas accéder à certains emplois en usine ; dans 29 pays, le travail de nuit leur est interdit et dans 18 économies, elles doivent obtenir l’autorisation de leur époux pour pouvoir travailler. La moitié seulement des pays couverts par l’étude ont mis en place un congé paternité, et moins d’un tiers proposent un congé parental, ce qui restreint les possibilités offertes aux hommes de participer à l’éducation des enfants. Enfin, dans 30 pays, les femmes mariées ne peuvent pas choisir leur lieu de résidence et dans 19 économies, la loi les contraint d’obéir à leur époux.

Ces discriminations, ainsi que les nombreuses autres disparités analysées par ce rapport, ont d’importantes conséquences préjudiciables, non seulement pour les femmes elles-mêmes, mais aussi pour leurs enfants, leur communauté et l’économie de leur pays. Le rapport dénombre près de 950 cas d’inégalité entre les sexes, répartis selon sept indicateurs.

L’article complet