3 novembre 2015 nexizeteam

Congrès de Bamako : les sages femmes veulent jouer pleinement leur rôle

FASFAF : Les rideaux sont tombés jeudi dernier sur le premier congrès de la Fédération des associations des sages-femmes d’Afrique francophone au Centre international des conférences de Bamako.

Ce rendez-vous se voulait une fête scientifique de la sage-femme dont l’importance est une vérité admise aujourd’hui par tous. Et cela se constate au quotidien dans la prise en charge de la grossesse et de l’accouchement, en d’autres termes dans l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant. La rencontre de Bamako s’est donc attachée à donner des nouvelles connaissances à la jeune garde de sages-femmes.

Ce congrès qui a regroupé des sages-femmes de différents pays, a été un congrès de rassemblement, de cohésion, de partage d’expérience mais aussi d’action. À l’issue des travaux les participantes ont formulé des recommandations fortes pour l’amélioration de leur condition de travail, pour leur détermination à jouer leur rôle qui leur revient dans le cadre de la lutte contre la mortalité néonatale et infantile, pour leur plan de carrière aussi pour le soutien des associations des sages-femmes dans leur action. Elles ont ainsi donné l’engagement d’assurer une assurance sanitaire dans les accouchements et promettent de ne plus laisser une femme mourir en donnant la vie.

La cérémonie de clôture a été présidée par le représentant du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique Salif Samaké qui avait à ses cotés, le président du congrès Pr Amadou Dolo, la présidente de la FASFAF Mme Dicko Fatoumata Maiga. Les travaux ont été sanctionnés par des recommandations très fortes. Les sages-femmes recommandent ainsi aux gouvernements de créer un environnement qualifié pour la pratique de la profession sage-femme, de diligenter la création des ordres de sages-femmes dans les pays, d’introduire le système LMD dans les institutions de formation des sages-femmes et de prendre des mesures transitoires pour les promotions antérieures à ce système, de soutenir les associations des sages-femmes afin qu’elles puissent jouer pleinement leur rôle dans la mise en œuvre des politiques nationales de santé. Elles ont demandé à la fédération, d’assurer le suivi de la mise en œuvre de l’ensemble de ces recommandations dans les pays membres de la FASFA, aux partenaires techniques et financiers d’apporter leur appui à la mise en œuvre et au suivi des recommandations de ce congrès, et à la société civile d’exiger aux gouvernements le respect des engagements pris en matière de réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile. Les participantes d’ici et d’ailleurs ont beaucoup apprécié la tenue de ce congrès qui, selon elles, va promouvoir le métier des sages-femmes. La gynécologue Garba Madeleine du Niger a expliqué qu’elle était venue soutenir le métier des sages-femmes qui est la base de l’obstétrique.

Lire la suite