16 mars 2016 nexizeteam

Réduction de la mortalité maternelle et infantile au Togo

DEUX RAPPORTS D’ETUDES SUR LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES RESTITUES

Le Groupe de réflexion et d’action Femme, Démocratie et Développement (GF2D) a organisé le jeudi 10 mars à Lomé, un atelier de restitution sur deux rapports d’études à savoir «Revue documentaire sur les violences faites aux femmes en milieu hospitalier au Togo » et « L’audit des pratiques socioculturelles en matière de santé maternelle et néonatale ». Réalisées dans le cadre du projet «Appui à la réduction de la mortalité maternelle et infantile en Afrique et Haïti », ces études réalisées par le cabinet CERA sont une initiative de GF2D en collaboration avec l’ONU Femmes grâce au soutien financier du fonds Français pour la mise en œuvre du programme MUSKOKA au Togo. La rencontre a réuni les professionnels de la santé notamment des médecins, des sages femmes et des responsables des plateformes communautaires des régions du Togo. Elle a permis de restituer et d’échanger sur les résultats de ces deux études lancées depuis 2012. Ces études visent à combattre les pratiques socioculturelles néfastes sur la mortalité maternelle et néonatale et également à lutter contre les formes de violences observées dans les formations sanitaires pour le bien-être des femmes et des enfants au Togo.

Les participants ont suivi la présentation du rapport sur les violences faites aux femmes en milieu hospitalier. Celle-ci renferme trois formes de violence à savoir la violence physique, psychomorale et économique. Selon les résultats obtenus après l’étude, on relève 34,14% de violence physique (les coups de cuisse, des bousculades) ; 93% de violence psycho morale (des insultes et des humiliations des prestataires) et 35% de violence économique (ventes parallèles des médicaments des prestataires). La secrétaire générale du GF2D, Mme Lonlonko Gbadegbegnon, s’est réjouie des résultats des deux rapports qui viennent éclairer l’opinion sur les violences faites aux femmes. Pour elle, des actions de sensibilisations, de renforcement de capacité des professionnels de la santé et des acteurs communautaires, des plaidoyers et de prise en charges des cas de violences, seront multipliés dans les milieux hospitaliers en vue d’atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Elle a lancé un appel à l’endroit des autorités pour une prise en charge médicale adéquate des femmes dans les centres hospitaliers. Mme Lonlonko a réaffirmé l’engagement du GF2D à poursuivre ses actions pour le bien- être des populations.