20 juillet 2017 Juliette

Une réponse africaine à la résistance antibiotique

SCI DEV NET

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la résistance aux antibiotiques constitue l’une des plus graves menaces sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement.

En exploitant les propriétés médicinales des plantes locales, le biologiste marocain Adnane Remmal a développé un moyen de « stimuler » l’efficacité des antibiotiques utilisés pour traiter les infections bactériennes. Son invention pourrait aider à freiner la surexploitation des antibiotiques qui conduit à une résistance aux antimicrobiens et à freiner la propagation de « superbactéries » multirésistantes (MDR).
Son invention lui a valu le Prix de l’Inventeur européen de l’année, qui lui a été remis le 15 juin dernier à Venise.
Ce prix, décerné chaque année par l’Office Européen des Brevets, vise à récompenser les inventeurs d’Europe et du monde entier qui ont apporté des contributions exceptionnelles au développement social, au progrès technologique et à la croissance économique.
Dans cet entretien, Adnane Remmal évoque la portée de son invention et son intérêt pour la science.

Professeur Adnane Remmal, d’où vous est venue cette passion pour les huiles essentielles et comment avez-vous conclu qu’il pourrait y avoir une corrélation entre huiles essentielles et résistance bactérienne ?

Depuis mon jeune âge, j’ai toujours observé les animaux et les végétaux et je me suis toujours dit qu’il y avait sûrement des choses utiles pour la santé humaine. Les huiles essentielles sont synthétisées par des plantes aromatiques. Certaines plantes aromatiques produisent des huiles essentielles riches en molécules ayant une très forte activité antimicrobienne. C’est le cas du thym, de l’origan, du girofle et de plusieurs autres plantes. J’ai découvert que ces plantes ne sont pas infectées par les bactéries, les champignons, les virus ou les parasites pendant les saisons où elles sont riches en huiles essentielles. J’ai alors compris que les huiles essentielles sont des armes de défense des plantes contre les infections. J’ai aussi découvert que les germes qui infectent les plantes ne développent jamais de résistance contre ces armes. Quand des médecins m’ont sensibilisé à leurs problèmes avec la résistance des bactéries aux antibiotiques, j’ai donc décidé de chercher une alternative dans les huiles essentielles.

Qu’est-ce que votre découverte est susceptible de changer dans la lutte antibactérienne ?

Actuellement, la résistance aux antibiotiques tue 700 000 patients par an dans le monde, essentiellement parce que les antibiotiques existants sont de moins en moins efficaces. Le renforcement de l’efficacité des antibiotiques par des molécules naturelles provenant des huiles essentielles permet de donner aux antibiotiques une nouvelle efficacité sans risque de résistance.

Voir l’article