Le Fonds Français Muskoka organise

le Forum Régional sur la santé communautaire dans le contexte des soins de santé primaires

en Afrique de l’Ouest et du Centre

à Cotonou, Bénin du 12 au 15 novembre 2019 

Logo_Signature_Container_Circle_FR_RGB
WHO-AFRO-FR-C
LOGO_WAHOOAS-e1418171171322
Logo-CEEAC
gfatm-logo
24 Mai 2018 - région de Kara, Togo.
Tchassim Malidilé, 22 ans, regarde son bébé dans les bras de sa femme, Clarisse.

LE CONTEXTE

Près de la moitié de ces décès des enfants de moins de 5 ans enregistrés en 2017 sont survenus en Afrique subsaharienne (soit 2,71 millions). La prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (PCIME), au niveau communautaire, des cas d’infections respiratoires aigües, de diarrhée, et de paludisme a augmenté l’accès au traitement pour les enfants de moins de cinq ans, et a notamment permis de réduire la mortalité dans les zones de services de santé difficilement accessibles.

L’une des caractéristiques des programmes de PCIME est le recours à des agents de santé communautaires qualifiés pouvant fournir des services de diagnostic et de traitement pour plusieurs maladies de l’enfant.

La région de l’Afrique de l’Ouest et Centrale (AOC) fait face à de nombreux défis, notamment des changements démographiques (taux de natalité et de mortalité et tendances), l’urbanisation rapide, les déplacements de la population, l’extrémisme violent, les conflits armés, l’insécurité et la succession d’épidémies.

– La région enregistre le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans le plus élevé avec 91 décès pour 1 000 naissances vivantes (UNICEF 2018), en raison de complications néonatales et de maladies infantiles à la fois évitables et traitables, telles que la pneumonie, la diarrhée et le paludisme. En 2017, la région comptait 92% des cas de paludisme et 93% des décès.

– La région de l’AOC a le taux de mortalité néonatale le plus élevé au monde (32/1 000 naissances vivantes) avec un nombre estimé de 665 000 décès de nouveau-nés en 2018 – plus de 1 800 par jour. Environ 80% des principales causes de décès néonatals sont évitables.

– Un enfant de moins de cinq ans sur trois souffre d’un retard de croissance et le fardeau de la malnutrition maternelle et infantile reste inacceptable. La sous-alimentation est directement impliquée dans près de 50% des cas de décès des enfants de moins de 5 ans dans la région.

– La région de l’AOC a la couverture vaccinale infantile la plus basse au monde, ce qui a provoqué de fréquentes épidémies de maladies évitables par la vaccination.

– Selon le Rapport mondial de l’ONUSIDA 2018, la région de l’AOC représente 21% des nouvelles infections à VIH dans le monde, les jeunes filles et les adolescentes ayant un taux de prévalence du VIH supérieur à celui de la population en général ou de leurs homologues masculins. Le taux de transmission de la mère à l’enfant (y compris pendant la période d’allaitement) était de 20,2%, soit deux fois plus qu’en Afrique orientale et australe. Environ 20% seulement des nourrissons exposés au VIH ont été testés avant l’âge de huit semaines.

– En 2017, 25% des cas de tuberculose en 2017 sont concentrés dans la Région africaine de l’OMS.

– L’Afrique de l’Ouest et centrale est la seule région comptant un nombre croissant de personnes pratiquant la défécation à l’air libre. Les progrès demeurent très limités dans la région. L’accès durable à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène dans les centres de santé, les communautés et les écoles reste également un défi.

– La violence, la maltraitance et l’exploitation des enfants sont des préoccupations majeures, de même que les mariages des adolescent.e.s.

– Malgré des progrès notables dans l’amélioration des systèmes d’enregistrement des faits d’état civil et de statistiques de l’état civil, les taux d’enregistrement des naissances dans la région de l’AOC sont faibles et en baisse dans certains pays. Moins de 50% de tous les enfants de moins de cinq ans sont enregistrés à la naissance.

OBJECTIF

Face à cette situation régionale et dans le contexte de la revitalisation des Soins de Santé Primaires (SSP), il est important de mettre en place des stratégies intégrées et multisectorielles et de renforcer les systèmes de santé communautaire pour accélérer la réduction des décès d’enfants d’ici 2030.

L’UNICEF, l’OMS, l’OOAS, la CCEAC avec l’appui du Fonds mondial et du Fonds Français Muskoka réunissent les principales parties prenantes aux niveaux national, régional, et global – experts gouvernementaux, partenaires, personnel des Nations Unies, partenaires, société civile et organisations non gouvernementales, les acteurs communautaires et les communautés de donateurs pour examiner les progrès et les défis, partager les meilleures pratiques, identifier les actions clés, renouveler les engagements et mobiliser les partenariats et le financement afin d’accélérer la réalisation des résultats clés pour les enfants les plus vulnérables et leurs familles.

L’objectif principal du forum est de plaider en faveur d’actions galvanisées pour promouvoir et accroître les investissements dans le renforcement des systèmes de Soins de Santé Primaires (SSP), en particulier au niveau communautaire. Ce forum sera l’occasion de faire le bilan des progrès réalisés et de s’accorder sur des approches multisectorielles innovantes pour accélérer le rythme de réalisation des résultats clés pour les enfants en AOC.

La réunion servira également de plate-forme pour marquer la dynamique du renforcement des SSP à base communautaire dans la région Afrique de l’Ouest et du Centre ; une occasion de mobiliser des partenaires pour faire entendre la voix et galvaniser des actions et des investissements communs en faveur des soins de santé primaires basés sur la communauté pour la Couverture Sanitaire Universelle.

Le forum comprend deux segments principaux : un segment technique et une session politique de haut niveau.

PROFIL DES PARTICIPANTS ATTENDUS :

Ministres de la santé, représentants du ministère de la décentralisation et des affaires territoriales, représentant du gouvernement français, coordonnateurs nationaux du programme de santé communautaire, coordonnateurs nationaux du programme de SRMNIA, coordonnateurs nationaux du programme de promotion de la santé , organisations de la société civile, organisations non gouvernementales, des représentants des partenaires techniques et financiers: agences de l’ONU, le Fonds mondial, Save the Children, Alliance Gavi, l’USAID, la Banque mondiale, Ro ll lutte contre le paludisme , la FBMG, et la Banque mondiale ; représentants de la Commission de l’UA, CEDEAO / WAHO, CEEAC, MUSO, UE, GIZ, Fondation Rockefeller.

Documents :

Téléchargez le rapport d’analyse sur les politiques et programmes de santé communautaires en Afrique de l’Ouest et du Centre et les fiches par pays, réalisés par l’UNICEF en collaboration avec le Fonds Français Muskoka.

Content | Menu | Access panel