Rapport 2018 de l’Organisation mondiale de la santé sur le paludisme dans le monde

23 novembre 2018
Posted in Afrique, Santé
23 novembre 2018 Juliette
Mesvaccins.net

Rapport 2018 de l’Organisation mondiale de la santé sur le paludisme dans le monde

Le 19 novembre 2018, l’Organisation mondiale de la santé a publié le rapport 2018 sur le paludisme dans le monde.

A) Situation mondiale de l’endémie

Au niveau mondial, le nombre de cas de paludisme est estimé à 219 millions en 2017 contre 239 millions en 2010 et 217 millions en 2016.

Même si les estimations du nombre de cas de paludisme pour 2017 sont en baisse de 20 millions par rapport à 2010, les données pour la période 2015-2017 mettent en évidence l’absence de progrès significatifs par rapport à cet indicateur durant ce laps de temps.

La plupart des cas (92 %) ont été enregistrés dans la région Afrique, loin devant la région Asie du Sud-Est (5 %) et la région Méditerranée orientale (2 %).

Quinze pays d’Afrique subsaharienne et l’Inde ont concentré quasiment 80 % du nombre total de cas de paludisme dans le monde, parmi lesquels cinq, à eux seuls, ont enregistré près de la moitié des cas : le Nigéria (25 %), la République Démocratique du Congo (11 %), le Mozambique (5 %), l’Inde (4 %) et l’Ouganda (4 %).

Le taux d’incidence du paludisme a globalement diminué entre 2010 et 2017, passant de 72 à 59 cas pour 1 000 habitants soumis au risque. Cela représente une réduction de 18% sur la période. Cependant, cette incidence de 59 cas pour 1 000 habitants soumis au risque reste stable depuis trois dernières années. Toutefois cette évolution est variable selon les régions.

La région Asie du Sud-Est a continué de voir son taux d’incidence diminuer. Toutes les autres régions ont enregistré soit peu de progrès ou une augmentation du taux d’incidence.

La région des Amériques a enregistré une hausse, due en grande partie à l’augmentation de la transmission du paludisme au Brésil, au Nicaragua et au Venezuela.

  • Espèces plasmodiales en cause
  1. Plasmodium falciparum est le parasite du paludisme le plus prévalent dans la région Afrique. Il est en effet à l’origine de 99,7 % des cas de paludisme estimés en 2017, tout comme dans les régions Asie du Sud-Est (62,8 %), Méditerranée orientale (69 %) et Pacifique occidental (71,9 %).
  2. Plasmodium vivax prédomine dans la région des Amériques, représentant 74,1 % des cas de paludisme.
  • Mortalité associée

Au niveau mondial, le nombre de décès dus au paludisme a été estimé à 435 000, contre 451 000 en 2016 et 607 000 en 2010. La létalité du paludisme diminue toujours mais les enfants de moins de 5 ans restent les plus vulnérables face au paludisme. Ils ont représenté 61 % des décès associés au paludisme dans le monde. À elle seule, la région Afrique a enregistré 93 % des décès liés au paludisme.

Près de 80 % des décès dus au paludisme dans le monde en 2017 ont été concentrés dans 17 pays de la région Afrique et en Inde. Sept de ces pays représentent 53 % des décès associés : le Nigéria (19 %), la République Démocratique du Congo (11 %), le Burkina Faso (6 %), la République-Unie de Tanzanie (5 %), la Sierra Leone (4 %), le Niger (4 %) et l’Inde (4 %).

Lire l’article complet

Content | Menu | Access panel