29 octobre 2015 nexizeteam

FASFAF : 1er Congrès DE LA FÉDÉRATION DE SAGES-FEMMES D’AFRIQUE

FASFAF : 1ER CONGRÈS DE LA FÉDÉRATION DE SAGES-FEMMES D’AFRIQUE FRANCOPHONE A BAMAKO

La FASFAF tiendra son 1er congrès du 27 au 29 octobre 2015 au Centre International de Conférence de Bamako (Mali) et regroupera  15 pays à savoir, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Gabon, la Guinée, la Côte d’ivoire, la Mauritanie, le Niger, le Mali, le Congo, la République Démocratique du Congo, La République Centrafricaine, le Tchad, le Togo, le Sénégal.

Le thème principal est : « rôle de la sage-femme dans la réduction de la mortalité maternelle néonatale et infantile. Quels défis pour les systèmes de santé en Afrique? »

La Fédération des associations de sages-femmes d’Afrique francophone est née de la volonté des sages-femmes d’Afrique francophone de se regrouper en fédération pour mieux jouer leur rôle dans la santé maternelle néonatale et infantile. En effet, depuis 1997 a été créée à Ouagadougou au Burkina Faso la fédération des associations de sages-femmes d’Afrique du centre et de l’ouest (FASFACO).

Pour des impératifs linguistiques, il a été créé à Dakar en juillet 2013, la Fédération des Associations de sages-femmes d’Afrique Francophone (FASFAF) dont la présidence et le secrétariat général sont actuellement assurés par le Mali pour une durée de trois. La Fédération compte 15 pays à savoir, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Gabon, la Guinée, la Côte d’ivoire, la Mauritanie, le Niger, le Mali, le Congo, la République Démocratique du Congo, La République Centrafricaine, le Tchad, le Togo, le Sénégal.

Il ressort du rapport mondial sur la pratique de la sage-femme dans 73 pays, que plus de 92% des décès maternels, des décès des nouveaux nés et des mortinaissances surviennent dans ces 73 pays. Aussi, seuls 04 de ces 73 pays disposent de personnels compétents dans la pratique de sage-femme qui sont à mesure de répondre au besoin universel des 46 interventions essentielles de santé sexuelle, reproductive, maternelle et néonatale. Il faut noter qu’aucun des pays membres de la FASFAF ne fait parti de ces 04 pays.

Aussi, plusieurs études et rapports s’accordent sur le fait que la qualité des soins et les compétences des prestataires peuvent être améliorées à travers la formation des sages-femmes, la réglementation de leurs activités et l’implication des associations professionnelles. Plusieurs tentatives d’amélioration de la qualité de la pratique de la sage-femme ont été mises en œuvre dans les pays ou dans l’espace des pays.

On peut citer entre autres, l’harmonisation des curricula de formation des infirmiers et sages-femmes de l’espace CEDEAO, le relèvement du niveau de recrutement au BAC, la réouverturella création des écoles de sages-femmes dans certains pays (Cameroun et Tchad). Compte tenu de la nécessité de mise à niveau des sages femmes et du manque de cadre de concertation sous régionale de cette couche socioprofessionnelle, la FASFAF regroupant 15 pays francophones d’Afrique, a décidé d’organiser son 1er congrès en octobre 2015 au Mali.

Lire la suite