sénégal

LE Sénégal, EN BREF

Près de la moitié des 16,3 millions d’habitants que compte le pays se concentrent autour de Dakar et des autres zones urbaines.

En qualité de 2ème économie en Afrique de l’Ouest, le Sénégal affiche une croissance supérieure à 6 % depuis 2014 et devrait conserver cette dynamique dans les années à venir. Cependant, les problèmes d’emploi notamment des jeunes (32% de la population a entre 10-24 ans), de coût de la vie, de qualité des services publics, de fourniture et de coût de l’électricité et d’approvisionnement en eau restent des préoccupations majeures pour les Sénégalais.

La réduction du taux de pauvreté devrait s’accélérer (de 34 % en 2017 à 31 % en 2020 [seuil international de pauvreté]) notamment grâce au dynamisme du secteur agricole.

LE sénégal EN CHIFFRES
  • Population totale* : 16.3 M
  • Population très jeune* : 
    • 32% a entre 10 et 24 ans
    • 43% a moins de 15 ans
  • Taux de croissance démographique* :
    • 2,9% par an au Sénégal
    • 1,1% par an au niveau mondial
  • Taux de fécondité des femmes (2015-2020)* : 4,6 enfants par femme

  • Taux de prévalence contraceptive des femmes âgées de 15 à 49 ans (2018)* :

    • 26% toutes méthodes
    • 24% méthodes modernes
  • Ratio de mortalité maternelle (2017)** : 315 décès pour 100 000 naissances vivantes
  • Taux de mariages précoces* : 23% d’adolescentes mariées entre 15 et 19 ans
  • Grossesses précoces* : 34,1% d’adolescentes enceintes avant 19 ans
  • Besoins non satisfaits en Planification Familiale (PF)* : 25% des femmes de 15 à 49 ans

*www.unfpa.org/data/world-population-dashboard

**www.apps.who.int/gho/data/node.home


SENEGAL

le fonds francais muskoka au sénégal

Découvrez quelques-unes de nos interventions à haut impact :

Amélioration des Soins Obstétricaux et Néonataux d’Urgence 

Au Sénégal, le nombre de SONU-B fonctionnels 24h/24 a triplé entre 2013 et 2016. Ceci est lié à la décentralisation et à la délégation des tâches dans l’offre de Soins obstétricaux et néonataux d’urgence, grâce notamment à la formation des sages-femmes et des infirmiers en soins obstétricaux d’urgence, soins après avortement et échographie, la formation des équipes médicales en Soins obstétricaux et néonataux d’urgence et le renforcement de l’équipement SONU dans les points de prestations de services des régions périphériques ; mais aussi le recrutement et l’affectation par l’Etat de 1 000 sages-femmes d’Etat dans les régions périphériques.
Sur le plan stratégique, une note officielle instituant la mise en œuvre du monitoring des Soins obstétricaux et néonataux d’urgence a été signée par le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale.

Médicaments essentiels : accessibilité, qualité, rationalité

Soutenu par le Fonds Français Muskoka, le Sénégal a revu la réglementation en vigueur pour fixer les prix des médicaments dans le secteur public visant l’amélioration de l’accessibilité financière des traitements pour les mères et les enfants.

Le Fonds Français Muskoka a également permis la préparation à la préqualification OMS de laboratoires nationaux de contrôle de qualité au Sénégal.

Accès équitable à un personnel de santé qualifié

Au Sénégal, diverses actions ont été menées, avec l’appui conjoint du FFM et du RMNCH Trust Fund, en faveur de l’augmentation et de la formation du personnel de santé. Par exemple, 1 000 agents de santé dont 500 sages-femmes ont été recrutés, et le projet « sage-femme itinérante » a débuté dans deux régions pilotes : Sédhiou et Matam.

L’Initiative MUSKOKA a aussi permis d’appuyer le renforcement des capacités de 120 prestataires sages-femmes d’Etat et médecins de la région de Dakar sur les soins essentiels du nouveau-né (« Helping Babies Breathe ») et la méthode Kangourou. En 2016, un coaching à la technique « Helping Mothers Survive » a été organisé pour une prise en charge adéquate des hémorragies du post-partum immédiat et de la détresse respiratoire du nouveau-né, auprès de l’ensemble des 609 élèves sages-femmes de 3ème année des 5 antennes de l’INFAS.

Santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes

Au Sénégal, la ligne verte dénommée GINDIMA (Éclaire-moi) offre aux adolescent(e)s et jeunes des informations complètes et adaptées en matière de Santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes, intégrant les IST/ VIH-sida.
Lancée le 12 août 2016 par le Ministre de la Jeunesse, la ligne a pour objectif d’accroître l’accès à l’information et aux services de SSRAJ à travers la mise en place d’une relation d’aide à distance basée sur les technologies de l’information et de la communication. Elle est gratuite pour l’utilisateur, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ; les informations sont accessibles en français et en wolof, et la confidentialité et la protection des données sont assurées.
Du 12 août 2016, jour du lancement, au 31 décembre 2017, plus de 230 000 appels ont été enregistrés. Les principaux thèmes de ces appels étaient la sexualité, le cycle menstruel, ainsi que l’anatomie et la puberté.

résultats clés

L’OMD 4 sur la mortalité infanto-juvénile a été atteint par le Sénégal

%

réduction de la mortalité néonatale entre 1990 et 2018 au Sénégal

%

réduction de la mortalité des enfants de moins de 5 ans au Sénégal entre 1990 et 2018

%

augmentation du taux d’accouchement assisté par un personnel qualifié entre 2010-2017 au Sénégal

%

augmentation du nombre de sages-femmes de 2012 à 2016 au Sénégal

%

baisse du taux de natalité chez les adolescentes entre 2010 et 2015 au Sénégal

%

taux d'utilisation de la contraception moderne par les femmes en 2018 au Sénégal

Histoires

Mohamed

Dakar, Sénégal

Sanou

Mbour, Sénégal

Marie-Anne

Dakar, Sénégal

Contactez-nous

Pour nous contacter, c’est très simple, complétez le formulaire ci-dessous et nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Content | Menu | Access panel
Share This