22 décembre 2015 nexizeteam

Le Fonds Français Muskoka : une initiative pour réduire la mortalité maternelle et infantile

Le Fonds Français Muskoka (FFM) est un engagement de la France en faveur de la santé des femmes et des enfants, et de la promotion des droits sexuels et reproductifs.

Il a pour but d’accélérer la lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile et d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) 4 et 5. Il a été créé suite au sommet du G8, à Muskoka, au Canada, en 2010.

A rappeler que la France a investi 500 millions d’Euros sur cinq ans, dont 95 millions servant à soutenir le travail conjoint de quatre agences des Nations Unies. Autour d’un plan commun d’analyse et d’interventions, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Unicef, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), et ONU Femmes collaborent pour renforcer les systèmes de santé dans 10 pays francophones d’Afrique de l’Ouest et du Centre, dans le cadre du mécanisme d’Harmonisation pour la Santé en Afrique.

Pour ce qui concerne le Mali, M. Nestor Azandegbe, président du Comité Technique du Fonds Français Muskoka a déploré les taux de décès maternel et infantile encore bien trop élevés. 550 décès de mamans pour 100 000 naissances et 1 enfant sur 9 qui meurt chaque année avant ses 5 ans. Le Fonds Français Muskoka est utilisé pour des actions liées à la santé néonatale et infantile, la santé maternelle et au planning familial. A travers le Fonds Français Muskoka, des solutions simples, innovantes et efficaces existent pour éviter les décès de mamans et d’enfants. En 2014, concrètement, le FFM a contribué à la formation d’agents de santé communautaire. 1886 relais communautaires et agents ont été formés dans 22 districts sanitaires aux approches participatives. 24 encadreurs des écoles de santé ont été formés sur la Planification Familiale et 120 prestataires sur l’audit des décès maternels et néonatals.

Par ailleurs, 30 nouveaux sites PTME (Prévention de la transmission VIH de la mère à l’enfant) ont été mis en place (Kayes, Sikasso, Ségou et Mopti).

David Sadoulet, chef du service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France au Mali, a confirmé que les efforts concertés des quatre agences pour le renforcement des systèmes de santé au cours des trois dernières années permettent de dresser un bilan positif. Les efforts conjugués de la France et des partenaires au développement ont permis une réduction significative de la mortalité maternelle et infantile dans les 11 pays ciblés.